La microbrasserie - Histoire de la Brasserie du Renard

Brasserie du Renard > La Brasserie Coopérative

Quand les petites histoires de chacun composent la grande histoire de la Brasserie du Renard

La Brasserie du Renard est un projet initié par Stéphane Vlaminck, un ingénieur brasseur habitant Pécrot (Grez-Doiceau), qui rêve depuis plus de 10 ans de créer sa microbrasserie pour pouvoir y brasser les bières qu’il aime et qu’il ne trouve pas ailleurs ; pour pouvoir également partager sa passion et ses goûts.

En 2008, fort de ses connaissances théoriques, avec l’aide de plusieurs amis et le soutien de son épouse, Stéphane commence à brasser, par 30 L, des bières aux fruits frais. Cinq ans et 90 brassins plus tard, Stéphane dispose d’une vingtaine de recettes de bières fruitées ou épicées mais non sucrées.

Arrivent alors, en 2012, plusieurs rencontres déterminantes : l’initiative citoyenne Grez-en-transition qui initie un réseau d’économie sociale et solidaire GeT’it au sein duquel Stéphane va rencontrer Hermann, agriculteur bio de Néthen, producteur d’orge de brasserie bio et Eric tête pensante du réseau qui va le mettre en lien avec SAW-B, une fédération d’économie sociale qui par le projet ImpulCera contribue à l’émergence d’entreprises à finalité sociale.
Le projet de la Brasserie du Renard va gagner, en 2013, une bourse d’étude de faisabilité de 5000 € qui va lui permettre de réaliser son Business Plan avec l’aide d’un conseiller SAW-B puis, en 2014, une bourse de lancement de 10 000 € qui va lui permettre de payer les frais de création de la société ainsi qu’un plan marketing.

En parallèle, en mai 2013, Stéphane commence le brassage de ses bières, par 2000 L, dans les installations de la Brasserie de la Lesse, une brasserie coopérative à finalité sociale (comme la Brasserie du Renard) dont il bénéficie de l’expérience et des conseils. La commercialisation des bières du Renard commence en premier lieu dans les filières courtes, en cohérence avec la finalité sociale de la Brasserie : les Groupements d’achat comme les GASAP, dans des établissements HORECA indépendants et en direct à la Brasserie.

Pour pouvoir grandir, la Brasserie doit s’adjoindre des collaborateurs supplémentaires. C’est ainsi que Caroline, l’épouse de Stéphane et Sylvain, un ami de 10 ans qui a participé à de nombreux brassins amateurs, participe à partir de 2014 à la vente des bières du Renard.
Le 22 janvier 2015, Caroline, Sylvain et Stéphane fondent la Société Coopérative à Responsabilité Limitée et à Finalité Sociale Brasserie participative du Renard.

Pour diversifier les points de vente et rencontrer de nouveaux clients sensibles à leur projet, les trois associés décident de faire certifier leurs bières en « bio » à partir de juillet 2015.

En novembre 2015, afin de récolter les fonds nécessaires à l’achat du matériel de production, ils lancent un appel aux coopérateurs avec la perspective de commencer à produire leurs bières dans leurs installations dès mai 2016.
L’engagement d’un commercial est prévu pour cette même date.

L’hiver 2015-2016 est mis à profit pour rechercher les financements nécessaires à l’acquisition du matériel et à l’installation dans les locaux de la brasserie. Ceux-ci se situeront à Pécrot, au 31 rue Léopold Van Meerbeeck. L’appel à coopérateurs remporte un succès certain et cela renforce la crédibilité du projet vis-à-vis des organismes de crédit. Fin mai, le financement du projet est bouclé et présenté à l’Assemblée Générale des coopérateurs. Les choses sérieuses peuvent démarrer. Toutes les commandes sont confirmées et l’installation peut débuter.

Le 15 juin l’unité de brassage arrive à Pécrot. Elle sera suivie par les cuves de fermentation et par l’embouteilleuse, qui elle n’arrivera qu’en septembre. L’installation de tout ce matériel ne sera pas un long fleuve tranquille, mais après la période de tests et de rodage, le premier brassin de 10 hl de "Roublarde" est transféré dans sa cuve de fermentation 27 octobre 2016.

Le premier brassin sera entièrement écoulé parmi les coopérateurs. La commercialisation réelle ne démarrera qu’en janvier 2017.

La production est progressivement augmentée pour atteindre la capacité maximum, dans les installations existantes, en mars. La commercialisation a démarré sur les chapeaux de roue et la brasserie est déjà à l’étroit dans ses installations. De nouvelles cuves, permettant une augmentation de 50% de la capacité de production, sont déjà en commande. Elles sont attendues pour le mois de mai.