La Coopérative participative - Risque financier et contreparties

Brasserie du Renard > La Brasserie Coopérative

Devenir coopérateur-associé d’une société coopérative présente un risque financier qui est rémunéré par différents types de contreparties.
Nous nous référons aux statuts de la société concernant ces contreparties que nous détaillons ici.

Le risque financier
Les contreparties légales
Les contreparties financières propres à la Brasserie du Renard
Les contreparties non-financières
Tableau résumé

Le risque financier

Pour chaque coopérateur, le risque financier est limité au montant du capital investi. Par exemple, un coopérateur qui prend 10 parts à 100 € risque au maximum de perdre ses 1000 €.
Dans la pratique, s’il y a faillite de la société, le gestionnaire de la faillite procède à la vente des actifs de la société (stock, matériel, bâtiments,...). Avec cet argent et les liquidités restantes il rembourse en priorité les fournisseurs et les banques puis il distribue la somme restante aux coopérateurs au prorata du nombre de parts qu’ils possèdent.
Or, la société Brasserie du Renard va investir environ 75 % du capital constitué par les parts de coopérateur dans du matériel de production qui est revendable cas de faillite. Les 25 % restants servent à couvrir le stock de bières et le retard de paiements des clients. Cette somme est aussi pour une très grande partie récupérable.

Le coopérateur est donc susceptible de récupérer une grande partie de la somme investie.

Les contreparties

Les contreparties légales  :

  • la loi prévoit que les associés d’une société puissent participer aux bénéfices de celle-ci. Cependant, dans le cadre d’une société à finalité sociale, le bénéfice pouvant être octroyé aux associés est limité à 6% de leur investissement (pour une part de 100 € le bénéfice est limité à 6 € annuellement) car l’activité doit primer sur la rétribution du capital. Pratiquement c’est l’Assemblée générale des coopérateurs qui décide, sur proposition du conseil d’administration, de la partie du bénéfice redistribué aux coopérateurs

Les contreparties propres à la Brasserie du Renard :

  • Le conseil d’administration de la société peut décider d’allouer une ristourne aux coopérateurs au prorata des affaires traitées avec la société. Pratiquement l’Assemblée générale de mai 2016 a décidé que pour chaque caisse de 24 bouteilles achetée, chaque coopérateur peut demander une bouteille "échantillon de dégustation"
  • De plus les coopérateurs pourront participer gratuitement aux activités liés à la production de la bière (pour les non coopérateurs des ateliers d’initiation à la production brassicole seront payant), pourront participer au prix coûtant aux ateliers de dégustation. D’autres avantages pourraient être décidés par la suite par le conseil d’administration sur proposition de l’Assemblée générale des coopérateurs dont tous les coopérateurs font automatiquement partie.

Les contreparties non-financières  :
une part non négligeable des contreparties résident dans la participation à un projet créateur de lien social (ateliers, assemblée générale), solidaire (la Brasserie du Renard est partenaire des épiceries collaboratives ainsi que d’autres projets de GeT’it - le réseau d’économie sociale et solidaire de Grez-en-transition, pourrait être partenaire d’un atelier de travail adapté et est solidaire avec les producteurs de matière première par l’achat de leur production à des prix justes), ancrée dans un village et qui recherche un profit pour une communauté et pas pour quelques individus.

Faire partie de la communauté des coopérateurs d’un projet porteur de sens comme la Brasserie du Renard n’est pas la moindre des contreparties.

Enfin, tout coopérateur est membre de droit de l’Assemblée générale des coopérateurs et a donc son mot à dire concernant l’évolution des activités de la Brasserie, la répartition des bénéfices, le mise en pratique de l’objet social et de la finalité sociale de la société,...

Tableau résumé

OpenDocument Text - 15.6 ko